Séjour Châtaigneraie Cantalienne

Du vendredi 23 au lundi 26 septembre

Quand nous avons reçu au GPAM la proposition de deux bénévoles, enfants du pays, de nous faire découvrir la Châtaigneraie Cantalienne nous étions comblés. D’abord cette proposition spontanée indiquait que l’organisation d’un séjour peut être l’affaire de tous et puis c’était la certitude que celui-ci nous ferait découvrir de l’intérieur cette magnifique contrée.

1er jour. Arrivée à Laroquebrou, visite du barrage de Saint Etienne de Cantales. Château de Viescamp (une 15aine de km).

Dès notre arrivée nous sommes plongés dans l’atmosphère typique du lieu. Nous arrivons en plein marché et nos guides nous conseillent rapidement de prendre place dans les queues des quelques commerçants car c’est surtout un lieu d’échange et les files ne sont pas longues mais s’écoulent très lentement, il y a tant de choses à dire… D’ailleurs certains se retrouveront dans un des deux cafés du village où nous avons décidé de reprendre des forces avant notre installation et la visite du barrage.

Nous sommes accompagnés pour celle-ci par deux membres de l’office du tourisme qui vont nous emmener au cœur du bâtiment aux dimensions impressionnantes. Nous apprenons que l’édifice a inspiré une artiste qui a décoré les parois d’étoiles fluorescentes qui brillent à la tombée de la nuit!

Notre hébergement est situé à deux pas du barrage sur la commune de Saint Gérons. Ce sont les anciennes classes et les logements de fonction qui ont été transformés en gites spacieux et très confortables.

L’après-midi nous attaquons notre première randonnée, la boucle du marais de Cassan, vers le château de Viescamp, et profitons d’une « auberge espagnole » bienvenue après cette journée bien remplie.

2e jour. Gorges de la Cère (15km). Boucle autour de La Roquebrou (10km)

La descente dans les gorges de la Cère nous plonge dans un univers magique. Nous cheminons sur un sentier en balcon, tracé pour la construction de la voie ferrée, surplombant la rivière et le rail que l’on devine au hasard des trouées de la végétation. Ce ne sont certainement pas les coups de fusil des chasseurs situés sur la rive opposée qui nous feront faire demi tour ! Nous laissons toutefois le chemin qui continue sur des dizaines de kilomètres pour retrouver de la hauteur et revenir à La Roquebrou où nous avons hâte de sortir notre pique-nique !

L’après-midi va nous permettre d’explorer l’autre rive de la Cère et ainsi poursuivre la découverte de ce village. La chance nous sourit car devant le château de Messac la propriétaire nous invite à faire la visite du domaine et nous profitons de la vue plongeante sur son magnifique jardin et sur Roquebrou. La suite de la randonnée nous permet de nous familiariser et reconnaitre d’un coup d’œil la faune très nombreuse qui peuple la région : Salers (grandes cornes), Aubrac(avec des cornes aussi), moutons(sans corne)… de découvrir également de magnifiques demeures et certaines particularités, wc doubles très conviviaux.

Cette journée s’est terminée tranquillement autour d’un poulet basquaise et son riz préparé avec maestria par Serge et un incroyable crumble revisité par Isabelle, arrosé par l’eau pure ferrugineuse issue des volcans d’Auvergne.

3e jour. Boucle de Roumégoux( 10km),Marché du Rouget. Lac du Barrage de Cantalès.(12 km, 1 km nage)

Il était impensable de rentrer à la maison sans ramener un petit bout de cette région si accueillante! Le choix s’est porté assez rapidement sur des morceaux de fromage, plus pratique qu’une Salers, difficile à loger avec ses cornes. Le « hasard » voulait qu’il soit prévu de faire un détour sur le marché du Rouget où nous devions prendre pour notre pique-nique une spécialité locale « les farçous » nature ou aux pruneaux et de multiples ingrédients dont, je l’avoue, certains m’ont échappé… Quoiqu’il en soit c’était très bon et nos coffres remplis de Salers(le fromage!), Fourme, Cantal, Bleu et autre Saint-Nectaire nous avons pu nous diriger vers notre randonnée. Le ciel orageux teintait la retenue d’eau de couleurs magnifiques et après quelques passages périlleux, quelques ordres suivis de contre-ordres salutaires nous sommes arrivés sur une plage où les plus fous se sont élancés à l’assaut des flots devant les regards dubitatifs du reste de la troupe…(Avait-on complètement terminé la digestion de nos farçous?).

Notre dernière veillée se devait d’être exceptionnelle…Après avoir rapidement expédié la préparation du repas, sous le regard bienveillant de l’équipe du contrôle qualité, nous sommes partis regarder les étoiles! Celles accrochées sur ce barrage qui nous surplombait depuis le début du séjour. A la lumière des frontales, à la recherche du meilleur belvédère, ce qui n’a pas été de tout repos, nous avons assisté au spectacle animé par la projection d’une baleine et d’un albatros majestueux. Un grand moment d’émotion ! Certains ont préféré rester tranquillement au gîte et profiter des jeux de société, moins grandioses… surtout pour les perdants.

4e jour.Tours de Merle et de Carbonnières.(25 KM)

Pour ce dernier parcours, Isabelle et Serge, nous avaient réservé un circuit à l’aplomb de tours en ruines, à l’ombre de sous-bois parcourus par un petit ruisseau parsemé de baignoires accueillantes. De temps en temps le sentier s’élevait sur une vire rocheuse surplombant la vallée !!! C’était OUF comme on peut l’entendre chez nos arrières petits enfants.

Merci à Isabelle et Serge de nous avoir fait partager les paysages de leur enfance. Bercés par les cloches des troupeaux de Salers…ou d’Aubracs ?, nourris à la Fourme d’Ambert ou aux Farçous, si vous n’aimez pas le fromage. Cela ne pouvait donner que de belles personnes.

Texte de Bruno, photos des participants au séjour, sélection des photos et mise en page d’Isabelle et Bruno.

Retour haut de page